FUMAY

PERSONNALITÉS PUBLIQUES

Yvan Laffineur est né à Fumay le 12 avril 1904 au n° 13 de la rue des jardiniers, à l’endroit surnommé par les fumaciens « le gros caillou ». Il était le second d’une famille de treize enfants. Vingt ans plus tard sa destinée se fit jour, alors qu’à l’âge de 16 ans sur une fête foraine de la localité, ses amis le poussaient à relever le défi d’un bonimenteur d’une baraque de lutte qui offrait aux amateurs la possibilité d’un combat de boxe ; au bout de quelques minutes, il mettait son adversaire KO et sa carrière se décidait non pas sur un coup de tête mais sur un coup de poing : il serait boxeur !

Yvan Laffineur entre alors à la salle Léon Lefebvre de Fumay en 1920, et, très vite, celui-ci comprit que son nouvel élève avait l’étoffe d’un champion. Il gravit rapidement les échelons de la hiérarchie pour devenir champion des Ardennes, du Nord-Est et de Champagne dans la catégorie des légers.

Ses nombreux déplacements ne permettaient pas à son professeur de le suivre, aussi passa-t-il sous la coupe d’un manager réputé de l’époque : Léon Sey. Poursuivant sa progression, Yvan devint alors champion de France et entreprit une grande tournée aux USA.

De retour en France, il s’attaque à un jeune prodige de l’époque, Fred Bretonnel et en dispose assez facilement aux poings. Il devient alors champion d’Europe et passe dans la catégorie supérieure.

Il repart en tournée sur les rings d’Australie et de Nouvelle-Zélande où sa notoriété l’a précédée. Il livre de nombreux combats et, pendant cette période, ne connaitra pas la défaite.

Il revient en France ou un grand champion est né, Marcel Thil, sacré champion du monde à Londres après avoir battu Jack Dempsey par KO à la troisième reprise. Les instances internationales cherchent un adversaire à opposer au nouveau champion du monde et, à la surprise générale, c’est Yvan Laffineur, ancien ardoisier, qui est désigné pour affronter Marcel Thil dans la catégorie des mi-moyens.

Le jour du combat qui se déroule à Paris, Yvan, loin d’être complexé par la valeur de son adversaire, attaque franchement la rencontre et démontre une forme éblouissante, étonnant par son comportement, non seulement les spectateurs, mais aussi les nombreux journalistes présents autour du ring et qui ne voyaient en ce challenger qu’un vague petit boxeur régional. Au terme de la rencontre, la décision tombe, bouleversant tous les pronostics : match nul !, ce qui signifie que Marcel Thil garde son titre. Cependant pour Yvan Laffineur c’est un jour de gloire puisque dorénavant il fait partie des plus grands champions de boxe.

Quelques mois plus tard, une revanche est accordée au champion fumacien et au cours de ce combat Yvan fait jeu égal avec Marcel Thil lorsqu’à la troisième reprise une grande blessure à l’œil droit le fait battre par KO technique. C’est fini pour Yvan, il ne sera pas champion du monde. Il décide alors de quitter les rings après tant de combats disputés aux quatre coins du globe. Yvan restera dans l’histoire de la boxe comme un grand champion qui a tout donné sur les rings.